le Dieu Impatient

Blog

« Écrire ! Verser avec rage toute la sincérité de soi sur le papier tentateur, si vite, si vite parfois que la main lutte et renâcle, surmenée par le dieu impatient qui la guide… »
Colette, La Vagabonde

 

08 Déc jour de blog

J'ouvre word et c'est la page blanche qui illumine l'écran de sa candide insolence. J'ai rendez-vous avec mon blog ce soir, puisque j'ai manqué à mes devoirs ce matin. Des obligations qui n'engagent que moi. J'y avais rêfléchi au cours de la journée. Quel sujet aborder ? L'écriture, je peux toujours, et c'est d'ailleurs elle qui tient la corde, dès le premier galop et les cinq premières lignes dévalées par mon clavier. On peut écrire des pages et des pages sur la recherche de l'écriture et de l'inspiration - j'adore François Weyerganz pour cela. La littérature, l'amour de la beauté ? J'ai...

Lire la suite...

07 Déc Mon petit homme blond

Cette journée était offerte au petit homme blond. Celle de demain le sera aussi. Il est à côté de moi, les jambes croisées, étendu sur son lit, à surfer sur son iPhone. Il regarde apollo alunissant, m'a t'il dit à l'instant. Tout à l'heure, c'était la bataille de Marathon qui captait toute son attention, et j'avais le plus grand mal à le rendre un peu présent à moi, alors que nous étions l'un en face de l'autre, au restaurant. Le moment était pourtant choisi : la fondue savoyarde, tant espérée, tant attendue, allait bientôt aterrir à notre table. Les conditions étaient...

Lire la suite...

01 Déc La Fauvette Grise

Chaque fin d'après-midi, c'était le même chemin. Le retour de l'école était une procession longue et rituelle, ponctuée par l'arrivée à la maison et la joie de retrouver ma mère. Il me reste peu de souvenir du parcours : j'ai eu du mal à le retrouver lorsque, de passage à Bois-Guillaume il y a quelques mois, j'ai voulu l'emprunter de nouveau. Il y a eu beaucoup de constructions depuis, les villages savent mieux rajeunir que nous sans que cela les embellisse. Sainte Vitrice était ratatinée contre des immeubles modernes et sans charme. Des salles de classe en préfabriqué cassaient la cour de...

Lire la suite...

30 Nov Un aria de Bach

Mes pas sonnaient sur le trottoir. J'ai bientôt senti, je les voyais presque, des vibrations qui s'élevaient vers le ciel. Elles étaient poussées par un orchestre joyeux. Je finissais ma promenade sabbatique, celle qui sert à chasser les fatigues de la semaine et les botter avec les feuilles mortes dans le caniveau. Quelques notes étaient revenues en tête. Un aria de Bach entendu plus tôt ce matin m'accompagnait et me mettait en joie. J'ai tout de suite retrouvé ma propre joie, celle que je vis depuis peu et au quotidien. Celle de l'écriture, de ce blog. Je suis comme un grand gosse...

Lire la suite...

29 Nov Sortie des toilettes

Sortie des toilettes. Pardon, je sais, on pourrait faire mieux, mais c'est pas mal d'essayer aussi, non ? Surtout lorsque les toilettes sont mixtes. Allez, j'arrête de faire le communiquant et de tenter des techniques de teasing employées à tire larigot. Il ne s'est rien passé. Qu'un croisement éphémère, quasi virtuel. Et décevant finalement. Elle aussi sortait de son réduit pour se diriger, comme moi, vers le lavabo. Même dans les bureaux branchés de la capitale, les vieux codes ont la vie dure. Nous étions aussi gêné l'un que l'autre de nous retrouver là, les mains pendantes sous le robinet, sous la...

Lire la suite...

26 Nov Belle du train – suite et fin

J'attendais, le souffle court et la poitrine serrée, l'approche de la ville de Stuttgart. J'avais réflêchi aux différents scenarii. Surtout, je ne voulais pas effrayer ma belle voyageuse. Je ne voulais pas non plus me comporter trop lâchement. Déjà, je savais bien que je n'irai pas plus loin, que je ne tenterai rien. Au moins, j'avais décidé de ne pas flancher, et de ne pas la quitter de vue sans avoir accompli le plus grand geste dont j'étais capable. Mais quand ? Fallait-il attendre que nous marchions sur le quai ? Elle risquait de m'échapper dans la foule. Pire, un homme...

Lire la suite...

26 Nov Belle du train

Elle est assise juste en face de moi. Parfois, nos pieds se touchent, nos genoux se frôlent. Nos regards se croisent aussi, moins souvent. Elle est montée dans le train juste avant le départ, alors que je m’étais installé, étonné d’être seul, au premier étage du wagon. D’ailleurs, elle aurait pu choisir une autre place, mais elle a préféré garder la sienne. C’est le hasard des réservations de la SNCF, qui a décidé de cette rencontre ce matin. Elle a glissé sa valise sous son fauteuil, ce qui m’empêche de pouvoir étendre mes jambes et me contraint de les croiser, dans...

Lire la suite...

24 Nov Basculer

Oui, c'est vrai, je sens que je m'approche de quelque chose. Qu'il ne me faudrait plus beaucoup pour basculer.  Ces retours d'écriture de plus en plus fréquents, ces petites touches, comme un ballet qui me donne de plus en plus le sens du rythme. Je me prépare au festin, à la danse nuptiale, éternelle et joyeuse. Les images abondent, les idées se multiplient. Tout semble facile et, enfin, simple. D'aller plonger dans ce torrent d'eau fraîche, et de se laisser aller dans ses courants noueux et généreux...

Lire la suite...

24 Nov Tous dingues

Tous dingues. Plus ou moins. C'est une question de degrés, mais nous sommes tous atteints. Pas la peine d'aller chercher plus loin. Elle est là, la source du mal qui sème les souffrances, les luttes, les morts, les guerres : au coeur de l'homme. Quel crétin ce Rousseau ! Je la vois partout, la folie. Les distorsions de réalité, les dénis, les empiétements les uns sur les autres et dans tous les sens...

Lire la suite...