le Dieu Impatient

Blog

« Écrire ! Verser avec rage toute la sincérité de soi sur le papier tentateur, si vite, si vite parfois que la main lutte et renâcle, surmenée par le dieu impatient qui la guide… »
Colette, La Vagabonde

 

25 Nov Christ au coeur

Je suis dans mes ombres et mes décombres… Ces jours sans lumière, sans ciel, comme si l’azur, les nuages ailés et clairs étaient partis pour toujours. La vie des hommes m’enfonce. De mes erreurs, de mes naïvetés, je les connais, je les subis, je n’en ai rien à faire… Lui sait me reconnaître. Quand je tombe au creux de moi, ce creux qui glisse forcément en abysse, Lui m’y attend. Silencieusement, tendrement, sans geste et sans mots dérisoires. Sa présence est tout. Le Seigneur est mon berger. Je ne manque de rien. Il me mène sur ses verts paturages. Je ne manque de rien....

Lire la suite...

01 Nov Une telle beauté

Ne pas trop la regarder. Faire comme si je ne l’avais pas remarquée, pas plus qu’elle qui me fait face en m’ignorant. Elle est assise à quelques mètres de moi, au sein du groupe d’une dizaine de personnes que nous formons en cercle. Pourtant, sa présence parmi nous tient presque du miracle tant sa beauté tranche avec nos banalités.  Mais j’ai l’impression d’être le seul à admirer son visage à l’ovale parfait, ses grands yeux bleus qui illuminent la pureté de son teint où la jeunesse et la fraîcheur éclatent. Jusque son sourire qui multiplie encore sa beauté par cent. Elle...

Lire la suite...

13 Oct Je vole

Chaque nuit je vole. Je dévore les immensités, je traverse les mers et les déserts, dépassant les montagnes, surplombant les villes et les campagnes. Ce que je vis alors est aussi intense et poétique qu’en rêve, mais je ne rêve pas. La fulgurance des instants, la précision des situations, les vibrations qui parcourent tout mon corps… Tout est plus dense que ce que nous croyons être le réel. La magie qui se produit à chacun de mes bonds n’en finit pas de me ravir. Une force silencieuse m’élève d’une dizaine de mètres, et je n’ai plus qu’à étendre les bras qui...

Lire la suite...

30 Juil l’homme qui confond les femmes et Dieu

quel endroit plus approprié que la terrasse d’un café, pour notre rencontre? je n’ai pas pensé mieux… c’est le lieu le plus propice, celui où viendrait une femme, ou un homme. J’aurais encore le temps de choisir ma religion, me dis-je. donc, j’attends. je t’imagine assise déjà en face de moi. j’ignore encore la couleur de tes yeux, mais nous basculons quand-même l’un dans l’autre, nous plongeons, moi dans ton univers, toi dans le mien, sans limites puisque ni l’un ni l’autre n’est retenu par les freins ou les peurs ordinaires. pourtant, tu n’es pas là, la chaise en face de moi est...

Lire la suite...

22 Juil Rêve prémonitoire

Ce n’est qu’à l’instant que je me suis rappelé de mon rêve, il y a deux ou trois nuits, en apprenant la triste nouvelle. Celle de la mort de cette enfant, gravement malade depuis sa naissance, il y a presque 10 ans. Ce rêve a ressurgit comme un ressuscité qui émerge parmi des milliers d’autres, oubliés, effacés ou disparus à jamais. C’était la nuit de samedi à dimanche, je crois. J’étais avec cet ami polonais, à retrouver sa maison de famille endormie sur les flancs des premières collines des Tatras. La demeure avait souffert du temps. Les murs étaient craquelés...

Lire la suite...

16 Juin Fragilités

Les temps de fatigue sont parfois des moments de fragilité. Essaie de ne pas trop t’appesantir de pensées négatives et toxiques, ni même de trop t’accabler de tes fatigues… Essaie de penser à autre chose, notamment à ton voyage dans quelques jours… Tu reverras des amis que tu aimes et qui t’aiment… N’est-ce pas déjà une réjouissance ? Ce n’est pas une surprise, ce n’est pas la première fois. C’est dans les moments de fragilité d’une personne qui m’est proche que je mesure à quel point je l’aime… C’est ce qui m’habitait cette nuit et ce matin quand je pensais à toi...

Lire la suite...

11 Mai Une beauté

Dehors, la tempête menace. Des paquets de pluie et de vent s’abattent d’un ciel lourd et collant. Dedans, sa présence a transformé l’espace confortable de la salle. Ici, d’autres vents se lèvent. Des cristaux d’un oxygène nouveau libèrent des ondes légères, lumineuses et joyeuses. Je ne sais comment m’asseoir. Profondément, dans le fauteuil club d’un cuir vieilli comme il faut ? Ou juste au bord, plus proche d’elle, de sa beauté et de l’effervescence de ses paroles ? Je n’ose choisir. Ce n’est pas grave, me dis-je. Je la connais à peine, je n'oserais pas la toucher. Alors, je danse entre les deux,...

Lire la suite...

05 Mai Quelques grains de sable (Saint-Briac)

Quelques grains de sable qui collent au bas de mes jambes, dont les scintillements clairs et précieux comme des bijoux chatouillent délicieusement ma peau et mes yeux. Le soleil étend ses rayons déjà couchants qui caressent mes chevilles, les mêmes qui jouent au loin sur la nappe lisse en bleu sombre de la mer. Elle s’est retirée au large où moutonnent quelques vagues qui sourient d’une barrière de rochers en laissant s’échapper des bulles de leur bouche, comme le font les gentilles grands-mères. C’est le soir, nous quittons la plage. Le ciel d’été absorbe la lumière d’or dans l’azur pur sans tâche,...

Lire la suite...

27 Nov Parle moi

“Le plus important, me dit-il, c’est d’être en contact avec moi. Le plus souvent possible.” Il a posé sa main sur mon bras. Son visage est légèrement incliné, son regard est infiniment doux. Je voudrais lui parler, des questions se bousculent dans ma tête. Mais je sens qu’il est inutile de les poser. La paix qui émane de lui est si forte qu'elle irradie les particules d’une lumière chaude et presque palpable. C’est comme la poussière d’or que les rayons du soleil révèlent dans la pénombre d’une chambre, celle-ci m’embrasse tout entier en le reliant à lui. Ses yeux reflètent mon image...

Lire la suite...

22 Nov L’homme qui a les clés

Il y a un homme qui a les clés. Je les aie vues, accrochées à sa ceinture. Elles s’entrechoquaient si fort, leur tintement se transformaient en cris… Il y en avait un pour chacun d’entre nous. J'ai entendu le mien, l’appel qui m’était destiné. J’ai levé la tête, j’ai vu cet homme qui courait comme un fou. Les cheveux ébouriffés, les vêtements en désordre, la chemise qui battait au vent tandis qu’il gravissait en toute hâte le colimaçon d’un escalier vertigineux dont je ne voyais ni le début ni la fin. J’ai crié à mon tour. J’ai appelé de toutes mes forces...

Lire la suite...