le Dieu Impatient

Blog

« Écrire ! Verser avec rage toute la sincérité de soi sur le papier tentateur, si vite, si vite parfois que la main lutte et renâcle, surmenée par le dieu impatient qui la guide… »
Colette, La Vagabonde

 

18 Juin Expansion de conscience

Qui suis-je ? À cet instant, un homme assis, qui commence à écrire un texte sans savoir où il le mènera. Je ne fais que suivre ces mots que j’ai mis en titre, extraits ce matin de la lecture d’un article. Ma vie se limite t’elle à mon expérience immédiate ? Mon existence, la valeur de celle-ci, se limite t’elle à mon sentiment actuel ? Cette vie qui me paraît tellement réduite et médiocre… Où sont les rêves, les désirs les plus forts ? Où est la beauté ? À quand perfection et éternité? En attendant, que des fractions de...

Lire la suite...

15 Juin Des cailloux dans le coeur

Je rêvais… Une femme sans âge parlait. Sa voix haute et claire résonnait jusqu’aux parois de l’univers, qui avaient la délicatesse de retenir entre leurs bras le moindre écho qui aurait pu brouiller le message. “Il est des cailloux dans le coeur… “ disait-elle, avant de disparaître. Mon rêve était magique puisque qu’à mon tour, en écoutant ses rares paroles, je voyais exactement ce que la voyante disait. Je voyais des torrents d’énergie qui affluaient dans des rivières. Ils irriguaient des territoires entiers, vastes comme celui de mon corps ou du tien. Ils passaient partout : les pieds, les jambes,...

Lire la suite...

12 Juin Majuscules et minuscules

en fait, avec les majuscules, je fais exprès… depuis très longtemps… c’est pour une raison plus profonde. tu sembles l’avoir remarqué depuis peu, mais si tu regardais des vieux messages ou des vieux mails que je t’ai envoyé il y a des mois ou des années, tu verrais que c’est très probablement pareil ! c’est une question à la fois esthétique et plus profonde… j’aime profondément les mots, les lettres, je n’aime pas que certains mots ou certaines lettres fassent les fiers ou jouent au beau, qu’ils cherchent à se faire remarquer ou qu’ils écrasent les autres (je parle bien-sûr...

Lire la suite...

09 Juin Une forêt

Je vois une forêt. Peuplée de frères. Ces grands frères vénérables et bienveillants dont la simple vision m’apaise. Être auprès d’eux, dans leur ombre ou leur rayonnement, c’est un avant goût de paradis. Reposer la paume de ma main contre leur écorce, c’est déjà m’ouvrir au fluide de la vie et de l’énergie qui circule en eux sans l’ombre d’un doute ou d’une tristesse humaine. Appuyer mon dos contre leur tronc, c’est lâcher prise un instant - le plus long possible. M’imprégner de l’amour fidèle et indéstructible que je ressens en chacun d’eux. Il est des arbres comme des hommes,...

Lire la suite...

17 Mai Épreuves

Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi. » Allant un peu plus loin, il tomba face contre terre en priant, et il disait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. » Tout a été dit et tout a été fait. C’est le plus beau et le plus profond des mystères de l’existence. Le Christ est passé là où je passe. Il montre le chemin. Il a vécu les épreuves et...

Lire la suite...

24 Avr Je sais que je dors

Pourtant, ce n’est pas un sommeil comme les autres. Dans celui-ci, les rêves flottent au dessus de moi. Leurs ondes chaudes, leurs reflets et leurs promesses défilent loin de moi et ne me touchent pas. Je les entends glisser en silence. Ils perdent bientôt toutes leurs formes, ils s’évaporent dans un ciel sombre. Mon corps est immobile et figé. Comme s’il sentait avant que mon esprit comprenne. La nuit est tombée. Elle s’est étalée tout autour de moi avant de pénétrer en moi. Bouger ne servirait à rien. Je n’ai ni l’envie ni la force de me lever. J’entends la...

Lire la suite...

17 Avr Table roulante

C’est un de mes premiers souvenirs. Nous sommes, Emmanuel et moi, entourés d’adultes que je ne connais pas. J’ai surtout le souvenir de femmes. Des mères de famille, des tantes, des grand-mères… Emmanuel est le dernier né de notre voisin de pallier. Emmanuel Denis, petit frère de Bénédicte. Il paraît que nous sommes nés tous les deux le même jour. Je ne sais plus très bien, mais cela n’a pas beaucoup d’importance. Si la date n’est pas la même, il s’agit certainement du même mois, de la même année. Ma toute petite enfance se partage donc au gré des heures...

Lire la suite...

28 Mar Christ au coeur

Les souffles qui soulèvent et qui creusent ensuite ma poitrine ne le cachent pas. Bien au contraire. C’est la seule chose qui m’est demandée : laisser passer l’air en moi, en lui donnant le plus de place et de force possible. C’est un vent doux et puissant à la fois, celui de la vie, qui me permet à chaque fois de redécouvrir son visage. Lui, je le sais maintenant, est toujours en moi. Au plus profond de moi. Il me connaît mieux que je ne me connais. Depuis le miracle de son passage terrestre, il est venu pour chacun d’entre nous....

Lire la suite...

08 Mar Une longue nuit (suite)

Il faudrait que je me lève pour ouvrir les volets lourds qui condamnent la lumière du dehors. J’ai peu d’espoir : aucune lueur ne transperce les lattes de bois. Le contact de la plante de mes pieds sur le parquet est rassurant. De quoi me donner assez de force pour aller vers la fenêtre. Aucun bruit ne traverse l’obscurité de la chambre. Les rumeurs de la ville se seraient elles étouffées à leur tour dans les nimbes de mon engourdissement ? À tatons et sans y croire, je parviens jusqu’à la fenêtre. Une fois ouverte, je n’ai aucune difficulté pour ouvrir les deux...

Lire la suite...

07 Mar Une longue nuit

Comme une nuit d’hiver, où il fait froid. Où il est mieux sans doute de s’endormir et de voguer librement sur les courants des rêves. Ceux-là, avec un peu de chance, m’emméneront où j’aime le plus. Des îles paradisiaques du Pacifique aux lagons accueillants, aux vols dans l’azur doux comme Nils Holgersson, aux sommets d’arbres vénérables, jusqu’aux courbes voluptueuses d’amantes délicates et passionnées. Mais quand je me réveille, il fait toujours nuit. Pourtant, l’horloge marque huit heure. Nous sommes à l’est, là où le jour vient toujours trop tôt. Mais ce matin, il n’est pas là. Le fébrile frottement de...

Lire la suite...