le Dieu Impatient

Blog

« Écrire ! Verser avec rage toute la sincérité de soi sur le papier tentateur, si vite, si vite parfois que la main lutte et renâcle, surmenée par le dieu impatient qui la guide… »
Colette, La Vagabonde

 

28 Déc Souvenirs de Noël

C’est dans les délices de ma petite enfance que je puise mes premiers souvenirs de Noël. Comme pour des millions de petits français, Noël chez nous était avant tout la grande fête familiale, le point culminant de l’année. Le sapin, la crèche, les cadeaux… rien ne manquait et la joie était toujours au rendez-vous. Est-ce pour cela que mes parents entretinrent le mythe du Père Noël le plus longtemps possible ? À mon tour, je décidai de respecter la fable si importante pour nous tous jusqu’aux rivages de l’adolescence. Était-ce pour prolonger l’enfance ou pour maintenir une complicité particulière avec...

Lire la suite...

19 Déc Nuit bloquée

J’entrais dans ma nuit. Les vides de la journée m’avaient suffisamment lassés, j’étais fatigué et mûr pour le meilleur des sommeils. C’est à ce moment que j’ai vu l’homme arriver à ma hauteur. Je dis bien à ce moment, c’est important. Celui où je ne m’étais pas encore enfoui dans les rêves. Il était laid, ridicule et grimaçant. Il calait sa petite et maigre silhouette contre le seuil d’une porte ouverte. Derrière lui, il y avait un couloir qui menait partout. J’avais senti l’appel du vent et les feuillages chantaient déjà leur forte incantation. Celle-là, la même, je le sais,...

Lire la suite...

12 Nov Ce qui est vraiment sûr

Le ciel bas de novembre a le mérite de chasser nuages, croyances et illusions qui défllent sous le vent. Alors, il ne reste que deux certitudes. C’est ce que je me disais-je hier, en remontant les rues humides de la ville froide et hostile. J’allais vers le jardin du Luxembourg, comme le naufragé gagne l’île à la nage sans la perdre des yeux un instant. Mon pas était pressé, mes pensées silencieuses : je ne voulais perdre aucune seconde de plus avant de retrouver mon asile de paix et de beauté. Une fois de plus, je fuyais les bruits, ceux...

Lire la suite...

20 Oct Je veux mourir

Pourtant, les cloches de Saint Germain carillonnent, c’est l’heure d’appeler aux Vêpres. La fenêtre de la cuisine était fermée, mais j’ai bien entendu. Un cri, suivi d’une lamentation qui ressemblait à un autre cri plus lent, plus grave. Hier, c’était une femme que je croisais à quelques mètres de là. Elle pleurait à pleine gorge, le téléphone collé à l’oreille en marchant droit devant elle, si droit que j’avais dû glisser de côté pour lui laisser le passage. J’allais à la poste envoyer un message important, mais c’est une autre histoire. Le miracle banal et médiocre, c’est que je l’ai retrouvée, la femme...

Lire la suite...

11 Oct Rien

Il n’y a rien ce soir. Ni pour moi, c’est le plus important à cette heure. Ni pour toi, c’est le plus important à toute heure. Rien à dire. Rien à sentir, à partager, à échanger, à communier même puisque le temps d’automne y est justement, aux invitations et aux communions. Lorsque l’air, la chaleur et la lumière se raréfient ou, pire, s’écrasent contre nos radiateurs. Pourtant… Tu étais tellement présente dans mon rêve cette nuit. Tellement absente depuis. Tu étais si belle, si accueillante, si tolérante envers moi. Je me souviens surtout de ta voix et encore plus de ton corps...

Lire la suite...

04 Oct Au coeur de mon coeur

Il n’est rien que je puisse penser, prévoir, craindre ou espérer sans, tout d’abord, passer par le regarder et le contempler, lui qui est au plus profond, au plus précieux, au plus essentiel de moi. Il sait mieux que moi ce qui est bon pour moi. Alors, je n’ai qu’à m’abandonner en lui. Il n’est rien à penser, rien à prévoir, rien à craindre ou espérer, rien qui en vaille vraiment la peine… Le vrai danger serait de le perdre et de me perdre dans les brumes de mes émotions, de mon imagination ou de mes peurs. Il n’est rien d’autre à...

Lire la suite...

30 Sep Tentations narcissiques

Puisqu’il est assez vrai, finalement, que nul ne s’intéresse plus à l’autre qu’à soi-même… Pourquoi n’oserais-je pas à mon tour ? Il y aurait beaucoup à dire, pour moi. Peu à lire pour les autres, mais quelle importance ? Peut-être qu’à travers les lignes, certains pourraient se retrouver, se reconnaître dans la similitude de mes émotions passées aux leurs ? N’est-ce pas suffisamment légitime pour que je me plonge dans mon miroir ?  Êtes-vous donc comme moi, à chercher encore la permission ? J'ai soudain l'univers de Cocteau qui plonge en mon coeur et me ravit. J’ai le souvenir de chuchotements au dessus de mon lit....

Lire la suite...

13 Sep Colères fidèles

Les deux mots ne vont pas ensemble, même s’ils sonnent bien l’un à côté de l’autre… En fait, c’est peut-être cela qui me pousse à écrire, c’est leur association sonnante et arrachante. Il y a la colère, et toutes ses poussières, ses particules, ses membres et ses ombres monstreuses que ma plume peut relever. Et les colères s’accumulent autant que les pluies d’un automne bien pressé de nous fouetter la gueule. Il y a les fidèles, et là je ne sais plus du tout qui est qui… Les fidèles sont-ils ceux qui le prétendent ? Le sont-ils autant que moi, et si...

Lire la suite...

09 Sep Laisse moi

laisse moi te sculpter et t'irradier au plus profond de toi laisse moi agir et guider tes pas laisse ma lumière éclairer toutes tes ombres et tes doutes laisse ma passion inonder tes souffrances laisse ma paix recouvrir tes tumultes laisse ma sagesse conseiller tes actes et tes paroles ne t'en fais pas, je suis présent en toi et vivant,  il te suffit de me reconnaître ...

Lire la suite...

08 Sep Silence

Il est question de vent qui, en force, racle la crète des vagues et vient mouler les creux du sable. Le sable qui forme d’autres vagues, qui ont été creusées au pied de cette dune luttant contre l’effritement général au moyen de buissons d'ajoncs et d'une rangée de piquets en bois gris vaillamment plantés et reliés par les hommes et les fils de fer. C'est la frontière, là où s’arrête le continent, la civilisation des humains… Ce vent qui porte l’infini et le silence du Tout, issu du ciel, des nuages, des vapeurs des forêts de l’Amazone que l’océan complice transporte avec...

Lire la suite...