Non classé

24 Avr Éveil

Cela fait quelques minutes que j’ai ouvert les yeux, mais je ne parviens pas facilement à atteindre l’éveil. Une partie de moi résiste encore, recherchant la douceur du sommeil, son repos sensuel et ses promesses de rêves qui s’y accomplissent toujours. C’est surtout l’intensité du dernier...

Lire la suite...

05 Jan Dur téton

Les cordes de sa guitare sont aussi durs que le téton de ton sein. C’est sans doute pour cela que j’aime tant l’écouter. Imaginer ses doigts qui irritent le fil autant que je le pourrais pour exacerber ton désir sur une chair rougie au vif… Guitare...

Lire la suite...

03 Jan Whisky

-  Ce qu’il y a de merveilleux avec le whisky, c’est qu’il m’élève et me permet de rejoindre les anges ! Si tu voyais l’escadrille ! Je le regarde sans rien dire. - Nous volons en liesse et légèreté, il n’y a plus un bruit que le...

Lire la suite...

21 Nov Des squelettes en plein ciel

Je les vois, encore plus ridicules que s’ils étaient encore nus et vivants. Les bras qui s'agitent dans la nuit pour brasser l'air et avancer, ils balancent dans le vide avec leurs crânes dodelinants, et j’essaie de les secouer au vent avec mes bonnes ondes, pour...

Lire la suite...

21 Nov Les Comptoirs du Noir

Un grand merci ! Malgré les tristes évènements de la fin de semaine dernière, vous êtiez plus nombreux que je n'aurais pu l'espérer à vous rendre mercredi soir à la soirée de lecture de mes textes, dans le cadre des Comptoirs du Noir ! La...

Lire la suite...

13 Nov Pense à moi !

Toi qui es lecteur. À cet instant. Mon complice, mon égal, mon double. Toi à qui j’écris, parce que j’ai besoin de toi autant, j’ose le croire, que toi de moi. Si c'est bien toi, que je recherche, et que mon coeur demande Le sais-tu ? J’écris et je...

Lire la suite...

07 Nov Au coeur du Val

Dehors il fait presque froid. C’est sans doute l’hiver, mais rien à voir avec une soirée comme aujourd’hui. (Attention que les mots ne partent pas trop loin et ne me détournent de l’image qui, à l’instant, me saisit et de l’émotion qui me parle.) La nuit vient...

Lire la suite...

23 Oct Le sac aux vingt pensées

C’était un peu comme si j'étais un oiseau. En apesanteur, je bougeais peu. J’avais le sentiment d’être suspendu en l’air, mais aucun fil ne me rattachait au ciel. La différence, c’est que je ne volais pas. Je n’avançais ni ne reculais. Je flottais dans le vide,...

Lire la suite...

18 Oct Éloge des femmes mûres

Il y a de l’humour et de la légèreté chez Stephen Vizinczey. Mais que le lecteur ne se trompe pas : ils traduisent autant de pudeur que de profondeur. Il y a aussi de l’érotisme, souvent subtil et délicieux qui, s’il fallait l’excuser pour les...

Lire la suite...

31 Août Le sein d’une autre

II faisait chaud… Je lisais, affalé dans un des canapés du salon, seul à mon habitude. J’avais ouvert les premiers boutons de ma chemise et, par une quelconque évasion vaporeuse et inconsciente, je titillais la chair douce et nerveuse de mon téton droit. La lecture...

Lire la suite...