Nine Sili Nebesniye

18 Avr Nine Sili Nebesniye

ces voix qui montent haut comme les arbres, au coeur de belles forêts de bouleaux.

mon coeur qui bat tout d’un coup, comme s’il ricochait contre les écorces blanches, qui se réveille enfin, et s’envole aux canopées

qui palpite et crie, qui retombe peut-être et s’étouffe dans les neiges alentours

ou qui vole encore, sur les ailes de papillons d’hiver

je n’y comprends plus rien, mais il y a encore plus de beautés, alors… je m’abandonne, j’y crois, fermement encore. il est encore temps.

1commentaire

Laissez un commentaire