Smileys

24 Oct Smileys

Ses smileys m’interpellent toujours un peu… D’ailleurs, je ne les comprends pas toujours. Surtout, il est le seul que je connaisse à utiliser le 0 pour la bouche. Pas de nez, et un menton souligné. Alors que pour les autres, le ) est le signe de la bouche, justement, qui peut marquer la peine ou la colère en se retournant en (. Ou alors, il y aurait un orifice entre les yeux et le menton ou la bouche ? Non, je crois que c’est la bouche, grande ouverte, étonnée, presque édentée, ouverte aux courants-d’air, un peu figée d’effroi aussi. Parfois, il rajoute même des > ou des < et augmente ma confusion.

C’est la valse, la sarabande ! Ce sont ses serpents qu’il dresse et tortille avec sa flûte à mots de poète bigrement affuté. Est-ce sa fantaisie de peintre, car il est peintre aussi et même en premier, qui voit le visage à sa manière ? Ou une lubie de recoder à son envie ? Une vision qu’il poursuit ? Ou, tout simplement, des négligences un peu maladroites ?

En tout cas, c’est fou ce qu’on s’en sert, des smileys ! Qu’est-ce qu’ils sont utiles ! Ils font passer bien des messages, et permettent aussi d’éviter des malentendus. Ils sont arrivés, comme ça, à l’improviste. Je ne sais même pas depuis quand tant on a l’impression qu’ils existent depuis presque toujours. Ils étaient dans la charrette électronique de cette nouvelle civilisation de l’écriture, ressuscitée par les mails, les sms, et tout ce qui agrémente la symbolique de l’infini des réseaux sociaux. Les poke, les like, les posts, mms et j’en passe.

Qui a réflêchi au rôle des smileys ? Suis-je un des premiers ? Probablement pas. Mais je leur rends hommage tout de même.

Quant à lui, l’artiste, je suis curieux de voir les siens, les prochains, ceux qu’ils m’adressera après avoir lu ce billet.

1commentaire
  • louis de Sagazan
    Posted at 21:43h, 25 octobre Répondre

    #:0)
    Les cheveux du poète, puis ses petits yeux fixes, puis son gros nez de clown, et enfin son fin sourire d’enfanteau…!

Laissez un commentaire