Oracles

30 Mai Oracles

Écoutez-bien !

ou, plutôt… lisez bien !

Il y a beaucoup de chaleur et de lumière. C’est une saison, dit-on, dont les anges raffolent.

L’été pointe et promet. L’air est différent. Plus léger, plus céleste aussi puisque les draps muets et opaques de l’hiver ont fichu le camp. Pour toujours. Il y a parfois du vent, quand la pression est trop forte. Et l’espoir fugace, alors, de cataracte fugaces qui nettoieraient l’air et nos poumons saturés. Alors, une fois purifié, le ciel s’ouvrirait sur des hauteurs libérés d’un azur borgne, stupide et muet.

Il y aurait alors la nuit, pleine de sens, et les étoiles. Comme un oeil sur chacun. Ce serait le partage de minuit.

Une pour chacun. Une dont la brillance réchaufferait mon coeur, que le mien. Une autre pour le tien. De même pour tous les autres. Vous tous que je n’atteins pas mais que j’aime, pourtant.

Que diraient-elles ?

Laissez-moi imaginer…

Il y aurait un long silence. Un souffle long, très long. Répétitif, continu, aussi dense que l’air. Les anges murmureraient à mon oreille. Ils me diraient de ne pas bouger, de ne rien dire, d’écouter et de faire infinie confiance au spectacle universel qui entre et pénètre en moi.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire