Jeu de dupes *

13 Nov Jeu de dupes *

Non, non ! Attention, il doit y avoir maldonne !

Le malade, ce n’est pas moi, c’est toi !

Comment dire ?

Comment te dire ?

Je ne voudrais surtout pas te brusquer ni, à nouveau, te mettre dans ces colères terribles dont tu as le génie et qui me terrorisent.

Mais je voudrais quand-même que tu comprennes… Bon, d’accord, je te le cède bien volontiers. Moi aussi je dois bien avoir quelque chose. Nous avons TOUS quelque chose ! À des degrés divers, oui, mais nous sommes tous… tu le dirais comment ? … oui, fragiles! Pour ne pas dire dingues.

Toi, c’est justement ta maladie qui te fait croire que je suis malade. Tu comprends ? Suis-je bête ! Non, tu ne peux pas comprendre, puisque tu es malade…

Quoi ? Qu’est-ce que j’aurai, moi ? Mais je ne sais pas… Est-ce que je te dis ce que tu as, toi ? D’ailleurs, je ne réflêchis pas comme ça… Et franchement, ça vaut mieux d’éviter de creuser, car alors, je ne te dis pas, le vrai massacre…

Ce que je voulais dire, c’est que c’est une question de transfert. Ici, c’est toi qui transfères. Plutôt que de t’écraser sous le poids de tes déséquilibres, tu refiles le bébé. Et rien de plus facile de m’accuser en permanence.

Alors je suis coupable de tous les torts possibles et imaginables. Trop facile. À croire que c’est moi qui respire ton air. En réalité, c’est moi qui n’en peut plus. Tu m’étouffes, tu me pompes toute mon énergie sans m’en donner aucune, tu m’empêches de vivre…

 

* : ce texte est encore un brouillon, je suis fatigué ce soir, un peu vide et triste comme cette nuit de novembre, et je ne sens pas la suite. Mais je sais qu’il y en a une et j’effacerais alors l’astérisque. Et pour ce qui est de l’autre, du vrai malade, je ne vise personne, alors suivez mon regard…

Tags:
1commentaire
  • mailis paire
    Posted at 13:03h, 02 novembre Répondre

    Vous n’imaginez pas à quel point ce texte me touche et reflète ce que je viens de vivre…
    Merci Guillaume d’avoir su mettre des mots dessus…

Laissez un commentaire