Estime de soi

18 Mar Estime de soi

On me dit qu’il faut commencer par s’aimer soi-même, qu’il n’y a pas de vie ni d’amour possible sans s’être déjà accepté et aimé soi-même, ne serait-ce qu’un peu. C’est la condition sine qua non pour pouvoir aller vers les autres, dit-on toujours.

Mais quel est celui que je dois aimer ?

Que sais-je de lui dont le coeur bat dans ma poitrine ?

Ses pensées courent sous mon front et ne cessent de s’échapper de ma boîte crânienne qui ne leur suffit pas.

Ses désirs sont affamés d’autres chairs. Ils sont assoiffés d’autres eaux que celle de mon corps. Des eaux à engloutir en moi pour m’y noyer et retourner enfin à la mer. Celles que j’irai boire à la bouche des plus belles.

En attendant, je crains de le découvrir plus. Est-ce par peur du vide, du néant ou, pire, de l’ennui qui, en réalité, m’occupe ?

Quel paradoxe ! Il n’y aurait pas d’autre possible sans partir d’un moi réel que je ne peux pourtant pas trouver.

Puisque sans l’autre, je ne suis rien.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire