le Dieu Impatient

Blog

« Écrire ! Verser avec rage toute la sincérité de soi sur le papier tentateur, si vite, si vite parfois que la main lutte et renâcle, surmenée par le dieu impatient qui la guide… »
Colette, La Vagabonde

 

22 Sep Musiques douces

Rien de tel que la musique pour adoucir les moeurs. Est-ce ce que pensent les autorités kényanes qui essaient, ce matin, de neutraliser les terroristes qui ont attaqué un centre commercial de Nairobi et massacré, déjà, trente-sept clients ? C'est ce que je me suis dit tout à l'heure en regardant les premières images du drame. Provenant des caméras de surveillance, elles ont été mises en ligne et passent sur les grands sites d'information, entre deux spots de publicité finançant benoîtement le streaming. Images d'allées désertées aux vitrines encore allumées, puis de silhouettes qui surgissent et courent et se cachent. On...

Lire la suite...

21 Sep Automne

J'aime le ciel bleu pâle de ce matin qui veut me faire croire que c'est encore l'été Je n'aime pas cette date du 21 septembre, qui m'éloigne de l'été J'aime le craquement sec des feuilles mortes sous mes pieds Je n'aime pas ces pluies qui gorgent les caniveaux et les plates-bandes J'aime les routines et les labeurs qui, lentement, reprennent et me rassurent Je n'aime pas cet engourdissement qui monte et submerge la ville J'aime m'endormir et rêver que les mois défilent et que l'été recommence...

Lire la suite...

16 Sep Lundi gris

Les feuilles qui tombent de plus en plus des arbres sont trempées par la pluie de cette nuit. Elles jonchent le sol, traînent dans les caniveaux, forment de tristes paquets à l'angle des trottoirs, comme des liasses de billets de banques jaunis et dévalués, qu'on aurait jetés là, au coin de la rue. Fini leur craquement sous le pied ou leur papillonnement dans l'air léger. L'été fut bien court, il fait déjà frais, le plafond du ciel s'y met aussi, qui descend de plus en plus bas, blanc et opaque, abaissant sur nous la toile de labeur et de routine,...

Lire la suite...

15 Sep Rien à dire

"Cherchons comme cherchent ceux qui doivent trouver, et trouvons comme trouvent ceux qui doivent chercher encore." Cette citation bien connue de Saint Augustin, c'est celle que j'inscrirai au fronton de mon académie. J'ai de plus en plus de mal avec les certitudes. Plus elles sont assénées, plus elles semblent fortes et indiscutables, plus elles me mettent mal à l'aise pour ne pas dire plus. Particulièrement celles qui touchent aux valeurs morales et sociales. Vous comprenez, rien n'est plus comme avant, notre civilisation f...

Lire la suite...

14 Sep Berlin

La première fois, le Mur venait de tomber quelques mois plus tôt. Je n'y étais pas retourné depuis. L'Allemagne s'est réunie, la Pologne est entrée dans l'Union Européenne, la Guerre Froide définitivement gelée, certains ont même dit que l'Histoire était arrivée à la fin de son cycle. Cela paraît loin déjà. On parle de guerre en Syrie, l'instabilité du monde actuel ferait presque regretter l'ancien, beaucoup plus simple à comprendre entre le monde du bien, à l'ouest, et celui du mal, à l'est. Depuis, l'écorce terrestre craquèle de plus en plus, le béton de nos certitudes d'alors explose de partout. Je n'ai...

Lire la suite...

04 Sep La vie qui part

C'est comme si l'énergie de la vie disparaissait en colonnes de poussière. Aspirées par les rares flèches du soleil qui ont réussi à transpercer de lourds rideaux. Ceux-ci montaient la garde de leur mieux, chargés d'isoler la pièce de la lumière trop vive du dehors. Leurs rayures traversent l'espace sombre et assoupi et se réfléchissent sur la surface d'un mur. Elles rebondissent doucement, et expulsent avec elles mille particules joyeuses et virevoltantes et les emportent au dehors. Derrière elles, l'obscurité s'intensifie. Est-ce la vie qui part ? Tout se fige et se pétrifie autour de moi. Le vieil homme qui est assis...

Lire la suite...

30 Août Par effraction

Il faudra bien qu'elle s'ouvre enfin pour de bon, alors qui prendra la décision ? Devrais-je l'arracher de ses gonds, ou la fée maîtresse femme maternelle qui, de l'extérieur, fracassera la porte qui ferme et m'enferme et m'empêche ? Je voudrais mettre fin à tous ces simulacres de vie, ces endormissements rituels qui m'éloignent et m'empêchent, et basculer. Le corps des belles femmes, la gloire, la reconnaissance, l'ivresse de la vie. Tout avoir, enfin. La sagesse aussi, la profondeur, le recul, les mots qui disent. Tant qu'il en est encore temps car le temps, aussi, s'égrène. Quelle est la chape qui me...

Lire la suite...

01 Août Saint Malo et Dinard

Quelques minutes suffirent à William Williamson pour boucler sa valise. Le strict nécessaire, sans oublier la pile des livres du moment. Il irait à l'hôtel des Thermes, sur le Sillon, qu'il aimait pour la vue sur la baie depuis la chambre, et la piscine d'eau de mer. Il choisit la voiture, comme à chaque fois, même s’il était seul et que le train serait certainement plus reposant. Mais il y avait tellement d'endroits là-bas qu’il aimait aller retrouver et dont les distances lui imposeraient, sinon, les désagréments du taxi ou des transports en commun. La région de Saint-Malo était celle des...

Lire la suite...

21 Juil Varsovie – Hôtel Bristol

À la terrasse de l'hôtel Bristol. Les promeneurs du dimanche déambulent avec l'insouciance et la légèreté de l'instant, de cet après-midi d'été, de la chaleur et du soleil, caressés par les souffles de l'air joyeux et doux. Ils se croisent, remontent à ma hauteur ou, en sens inverse, descendent vers le Palais Présidentiel qui jouxte l'hôtel, avant de continuer jusqu'à la vieille ville. De mon fauteuil profond, je suis bercé par la banale bienveillance du moment. Est-ce la médiocre élégance des passants ? Les jolies femmes sont nombreuses. Elles sont le moins habillées possible. Ce qui ne les embellit pas, bien...

Lire la suite...