citations

« Il existe une joie, mais elle est bénie,
une consolation jusque dans ce malheur.
C’est que la fin nous délivre de tout ce fatras
de journées insipides et triviales.

Un poète a dit : La musique la plus douce
est celle qu’on ne peut pas entendre.
Et moi, je crois que la vie la meilleure
est celle qu’on ne peut pas vivre. »

Constantin Cavafis, L’impossible, Poèmes, Éditions Gallimard

_______________

« J’avais demandé une femme, c’était une reine qu’on me donnait.«  Henry Miller, Sexus, Le Livre de Poche p.572

_______________

« Vivre est une prière que seul l’amour d’une femme peut exaucer. » Romain Gary, Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable, p.40, Folio

_______________

« Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir. »

Christian Bobin, Ressusciter, p.15, Gallimard

_______________

L’actualité existe t’elle ? Elle est du jour et elle meurt à peine née. Sa nature est d’être éphémère. Son essence est d’être inactuelle dans la minute même qui la suit. L’actualité la plus répandue est celle dont les journaux parlent le moins. Le solstice, la neige, la Saint Sylvestre, les saisons, la première fleur, la dernière feuille. Où est le journal qui parle de l’aube ? L’aube… Suprème curiosité de l’homme (…). Il a vu le jour, il ne cesse de vouloir le revoir. Au bout du compte, l’homme de la grande actualité, ce n’est peut-être pas le journaliste mais le poète. Son actualité ne se fane pas.

Alexandre Vialatte

_______________

 

« Je n’avais pas la moindre chance de m’en tirer seul et la raison était bien simple : j’avais trop aimé pour être encore capable de vivre de moi-même. C’était une impossibilité absolue, organique: tout ce qui faisait de moi un homme était chez une femme.” Romain Gary, Clair de femme, pp.40,41, Folio

_______________

« LA BEAUTÉ, LA BEAUTÉ SEULE EST VISIBLE ET DIVINE À LA FOIS » Thomas Mann, La mort à Venise, Fayard, p.55

_______________

« Il n’est pas un de nous qui ne soit coupable d’un crime : celui, énorme, de ne pas vivre pleinement sa vie. » Henry Miller, Sexus, p.445, Le Livre de Poche

_______________

« Je ne suis moi-même qu’au-dessus ou au-dessous de moi, dans la rage ou l’abattement ; à mon niveau habituel, j’ignore que j’existe. » Cioran, Syllogisme de l’amertume, Folio Essais, p.53

_______________

« … des profondeurs où la vie est une convulsion terrible…  » Colette, Le Blé en Herbe, éd. La Pochothèque, p.725

_______________

« Une fois dans son lit, on devenait son bien, son jouet, son bourreau ou son esclave selon ses humeurs, on était à elle, et elle le proclamait. Elle s’affirmait propriétaire de son corps, de celui de l’autre, avec des mots lyriques ou crus, des gestes humbles ou despotiques, qui faisaient d’elle une sorte d’idole baroque implacable, devant laquelle Édouard, en bon sauvage affamé, ne pouvait s’empêcher de s’agenouiller. » Françoise Sagan, Le Lit Défait, éd. Bouquins Robert Laffont, p.738

_______________

« Je ne pense pas qu’il se trouverait un homme au monde pour noircir une feuille de papier, si nous avions le courage de vivre ce en quoi nous avons foi. L’inspiration est déviée dans son cours au sortir de la source. Si c’est un monde de vérité, de beauté et de magie que nous entendons créer, à quoi bon dresser des millions de mots entre nous-mêmes et la réalité de ce monde ? Pourquoi remettre à plus tard l’acte – si ce n’est que, comme le reste de l’humanité, nous n’avons, au fond, d’autre ambition que la puissance, la gloire, le succès ? Les livres sont des actes morts, disait Balzac ; ce qui n’empêche qu’ayant perçu cette vérité, il livra délibérément l’ange au démon qui le possédait » Henry Miller, Sexus, éd. Le Livre de Poche, p.26

_______________

« Je ne sais rien dire du soleil et des mondes, mais je vois seulement à quel point les hommes se tourmentent. » Goethe, « Faust », Prologue

_______________

« Il ne me suffit pas de lire que les sables des plages sont doux ; je veux que mes pieds nus le sentent…” André Gide, « Les Nourritures Terrestres », éd. La Pléïade, p.152

_______________

« Et si notre âme a valu quelque chose, c’est qu’elle a brûlé plus ardemment que quelques autres. » André Gide, « Les Nourritures Terrestres », éd. La Pléïade, p.157

_______________

« Ecrire, c’est à peu près comme se trouver dans une maison vide et guetter l’apparition de fantômes. » John Le Carré

_______________

« Il n’y a que deux choses qui comptent dans la vie : l’amour, et la littérature. D’ailleurs, c’est la même chose. » entendu, sur un plateau de télévision, Jean d’Ormesson

_______________

« Je hais tout ce qui ne concerne pas la littérature, les conversations m’ennuient, même si elles concernent la littérature, faire des visites m’ennuie, les joies et les peines des gens de ma famille m’ennuient jusqu’au fond de l’âme. Les conversations ôtent à tout ce que je pense le poids, le sérieux, la vérité. » Franz Kafka.