Un sein

09 Oct Un sein

Un sein suggéré sur la couverture d’un disque de Pink Floyd je crois, ou alors tout va mal… Certes, je n’en suis pas totalement certain, mais c’est ce que me suggère cette image, et c’est ce qui me met en joie. Et puis, après la fatigue d’une journée de travail, le terrain n’est-il pas propice pour une simple retour aux réalités premières ?

Alors, pourquoi cacher cette bonne et légitime émotion ? J’ai décidé de passer un bon bout de cette partie de vie qui est juste devant moi à essayer de le comprendre. J’espère cependant plus de travaux pratiques que théoriques. Toujours plus, il n’y a jamais assez de pratique. Et en guise de théorie, j’essaierai plutôt une oeuvre. Qu’elle soit à la hauteur de la joie et de la chaleur de ce que les corps suggèrent et promettent dès qu’ils sont beaux. Qu’on me pende, si la cause n’en vaut pas la peine. Elle me dépasse largement, je le sens bien. L’écriture est le seul hommage que je puisse lui rendre. Car je ne pourrai aimer toutes les femmes. Malheureusement. cela ne se fait pas. et de toute façon, elles ne le voudraient même pas. Je me console un peu en me disant qu’elles ne savent pas à quel point je peux les rendre belles et désirables et parfaites. C’est ma magie secrète, bien cachée, trop bien cachée, dans une lampe d’Aladin à l’embout encombré.

Est-ce le charme troublant de cette hôtesse de l’air ce soir, dont le ballet ne cesse dans le couloir de la cabine ? Oui, lui aussi. D’ailleurs, c’est elle qui vient de reprendre mon verre vide, et me demander d’éteindre. On attérit, m’a t’elle dit.

1commentaire

Laissez un commentaire