Une beauté

07 Juin Une beauté

D’où je suis, je ne la vois que de dos. Elle ne se tourne jamais assez pour que j’aperçoive son visage. Pourtant, je sais qu’elle est jolie. Je ne sais par quel mystère, ma certitude est totale. Je ne me lèverai même pas pour aller vérifier, comme j’aurai pu le faire en feignant un détour. Je ne me trompe jamais.

Sa chevelure brune attachée en chignon, son port de tête sur des épaules nues et bronzées qui dorent au soleil généreux…

Je peux seulement deviner l’ovale ravissant de son visage. Elle est assise à quelques mètres sur cette allée du jardin du Luxembourg, en pleine discussion avec un jeune homme et une femme qui doit avoir le même âge qu’elle, entre 25 et 30 ans.  Son amie me fait face, elle est jolie aussi, mais moins qu’elle.

Parfois, j’entends l’éclat de sa voix ou des rires qu’elle échange avec ses amis. Comme sa silhouette que je distingue à peine, ses mouvements ou ses gestes, tout me confirme sa beauté.

L’avez-vous remarqué ? L’espace est différent autour de ceux qui sont beaux, tout simplement parce qu’ils rayonnent comme des soleils. Et moi, je suis irradié, souvent brûlé. Je ne peux plus quitter cette jeune femme du regard. Par chance, il y a foule contre ces pelouses gorgées de lumière. Il y a peu de chance qu’on me remarque. J’aurai peur qu’on me prenne pour un déséquilibré, un dérangé ou un obsédé si vous préférez…

Pourquoi ce sentiment de gêne, cette interdiction de contempler la beauté ? Je crois pourtant que je connaissais la réponse avant de poser la question… La beauté des femmes est désirable, et la distance entre le désir et la possession est aussi fine que celle du plus doux épiderme.

Tags:
1commentaire
  • Lucie Léanne
    Posted at 23:04h, 07 juin Répondre

    Très beau ! mais la beauté physique n’est qu’une enveloppe -heureusement..
    J’adore ce texte, Merci
    L

Laissez un commentaire