Sortir de la nuit

15 Mar Sortir de la nuit

Je ressens le besoin chaque matin de sortir de ma nuit et, peu à peu, dissiper les ombres qui me recouvrent. Celles-ci sont souvent plus fortes au réveil. Pourtant, il y a déjà la lumière extérieure. Elle m’aide à rétablir ma lumière intérieure et il est important de les accorder : Il est important d’éclairer les parties les plus sombres en moi.

Pour cela, le plus simple est de fermer les yeux et de méditer. Installé dans une position calme, je me concentre alors sur l’instant présent. Je vais observer et respecter le mouvement de la respiration en moi. En inspirant l’air de l’extérieur, je vais visualiser l’énergie merveilleuse qui vient en moi d’un ciel bleu illuminé par un soleil puissant, chaud et bienveillant. Je vais suivre le flux des vagues de lumière qui pénètrent mon corps tout entier. C’est une circulation douce, silencieuse et intense à la fois qui parcourt toutes les parties de mon corps sans en oublier aucune.

Il n’y a pas d’obstacle, particulièrement là où je sais que sont mes souffrances, qu’elles soient émotionnelles, psychiques ou physiques. Je n’ai pas besoin d’aller chercher l’une ou l’autre de mes souffrances et de tenter d’en percer le mystère. Je sais qu’elles sont en moi, qu’elles ont leur place. Je les accepte et je sais que l’énergie qui vient en moi ne les oubliera pas. Puis, j’expire hors de moi, avec la sensation de rendre au monde extérieur un air plus puissant encore, parce qu’il s’est enrichi de mon propre souffle et que celui a allégé et illuminé mes crispations, mes souffrances et mes doutes.

Parfois, je ressens une dilatation de mon être, une joie intérieure qui ne demande qu’à déborder. Quelque chose qui ressemble un peu à de l’îvresse. Ce sont des moments privilégiés qui sont rares mais que je recherche maintenant consciemment, un peu comme des récompenses. Je me réjouis quand ils viennent, j’acceptent quand ce n’est pas le cas. Ce sont des moments annonciateurs de créativité, d’idées, de solutions et d’énergie rayonnante. C’est une petite idée, je crois, de ce que connaissent les anges en permanence.

C’est comme une grâce reçue de l’extérieur, car ce n’est pas moi qui en décide. Celle de parvenir au point vide où mon ego, un instant, s’est tû. “Au centre de notre être est un point vide, qui est vierge de péché et d’illusion, un point de vérité pure, une étincelle qui appartient à Dieu” a écrit Thomas Merton.

Dieu est présent, un face à face merveilleux commence entre lui et moi puisque je me sais aimé de lui et, un temps, libéré de ma nuit.

Tags:
Pas de commentaire

Laissez un commentaire