Sérénité

31 Oct Sérénité

Au moment où ma méditation du matin arrivait à sa fin, j’ai senti la chaleur d’un généreux rayon de soleil se poser sur ma poitrine. J’ai ouvert les yeux : en face de moi, au dessus des immeubles, le ciel s’était dégagé, il restait encore quelques nuages blancs éparpillés, doux et silencieux, qui s’échappaient au loin.

Peu importent mes peurs. Peu importent mes ténèbres dont j’obscurcis mon coeur et mon esprit et qui crispent mon corps. Je suis touché par la grâce du moment, et cette réponse à la fois réconfortante et prometteuse que le roi de la galaxie est venu m’apporter, alors que je m’étais mis à sa disposition le plus humblement possible.

Peu importent les craintes, les détours qui menacent de m’égarer… Je comprends simplement que je ne serai pas perdu mais qu’il faut, sans doute, que je prenne parfois plus de temps à construire mon chemin.

La sérénité déborde dans mon coeur : je sais que rien de mal ne peut plus m’arriver, je sais que la mort et la destruction n’existent pas, qu’elles sont des illusions autant que ma peur. Un instant, il m’est donné de sentir et de peser l’épaisseur des voiles avec lesquels je m’obscurcis si souvent.

L’enfant en moi a peur parce qu’il se sent seul, perdu, abandonné et si peu aimé. Il y a un mystère, celui du mal qui me jette si souvent dans mes abimes. Sous ce mystère, il y en a un autre, plus grand : celui de la liberté qui appelle ma communion consentie avec l’amour et l’éternité. Car il y a, au plus profond de moi encore, inébranlable et divinement forte, une présence qui sait m’attendre lorsque je trébuche, qui m’aide toujours à me relever, qui m’accueille déjà.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire