Nu

02 Juil Nu

Ce sont mes doigts qui commandent, le clavier obéit mais je ne sais pas où je vais.

Est-ce parce que le mot m’a plu ? Ce doit être en lien avec la chaleur que nous ne pouvons affronter qu’en nous deshabillant. Il a flotté, quelques instants dans la brume de mon esprit. Il m’a charmé, et ce n’est pas la première fois. J’adore la nudité, celle des belles femmes en particulier. J’en suis obsédé je crois. Le corps des femmes est la plus belle création de l’univers.

J’ai rêvé que j’étais nu. Je courais dans la rue. Pourtant je n’étais pas à l’aise : ce n’était pas une nudité confortable ou volupteuse. Pas cette fois.

Il y avait du monde autour de moi. J’avais honte. Je voulais me cacher et pourtant personne ne me regardait, comme si je n’existais pas.

Que se passera t’il au paradis ? Je l’espère comme un lupanar gigantesque. Sinon, je ne vois sincèrement pas ce que nous y ferions : y a t’il autre de chose de mieux à faire que de s’aimer, se toucher, communier, fusionner et vibrer ? Le tout dans la beauté, de la belle musique, sous le ciel bleu et la chaleur comme aujourd’hui.

Dans nos corps de gloire, serons-nous nus comme des vers, dans l’éclat de nos vingt ans ? Il serait bien aussi que nous puissions nous habiller de temps en temps, histoire de laisser libre cours au talent des artistes qui enchantent la mode ici-bas et qui ont le droit comme tout le monde d’aller au ciel.

Je sais, ces lignes peuvent sembler légères, insignifiantes. Quand on pense aux problèmes du monde, à la crise économique et financière, au terrorisme, à la pollution et j’en passe… Mais je ne sais plus m’intéresser aux choses graves, il n’y a plus que l’essentiel qui compte.

Tags:
,
Pas de commentaire

Laissez un commentaire