Mort écrasé

22 Mar Mort écrasé

Il fallait bien que ça arrive… C’est presque un miracle que ce ne soit pas produit plus tôt. Enfin, miracle, quand on voit le résultat… Le mot est mal choisi, convenons-en.

Mais quand-même ! Il l’avait bien cherché ! À force de prendre les mauvais chemins, on pouvait bien se douter que ça finirait mal. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il le savait. Il l’avait prédit, lui qui n’arrêtait pas de le dire : “Ce n’est pas ma voie, ce n’est pas ma vie, je vais y perdre mon âme…” Mais il y allait malgré tout. Il n’avait ni le courage ni l’imagination d’en changer, alors…

Alors est arrivé ce qui devait arriver. À force de se faire bousculer, marcher dessus, piétiner par toi par moi, il a fini par y rester. Écrasé, écrabouillé, massacré dans l’indifférence royale de tout le monde. Ce n’est pas son âme, c’est sa vie qu’il a perdu. Tout simplement.

Ça c’est passé un matin. Ou un après-midi. Enfin on ne sait plus, et cela n’a aucune importance de toute façon. Comment ? On ne le sait pas non plus. Il paraît qu’il est mort sans souffrir. Paix à son âme ! Au moins, il n’ennuiera plus personne.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire