Littéralement

19 Avr Littéralement

Ce mot fonctionne t’il assez pour faire un beau titre ?… alors il faudrait que je lui trouve un beau texte.

Il est rarement utilisé à de nobles fins, il cotoie très peu sa soeur aînée littérature qui, il faut le dire, prend beaucoup de place. Il est vrai qu’on l’a relégué à de basses fonctions, un peu comme un gardien de la paix qui veille à la bonne circulation, ou plutôt à un contrôleur qui vérifie l’exactitude des mots, des situations, des choses. Comme si tout devait être plaqué au sol, avec une signification unique : au doigt et à l’oeil, au pli du pantalon, à la lettre donc. Ce qui voudrait dire ennuyeux ?

Non, pas de beau texte, le mot n’est pas beau. Sa terminaison ferait presque penser aux médicaments, aux traitements, aux régiments, aux aliments ou aux éléments : que des choses nécessaires et pas poétiques, qui refusent de décoller du plancher. Oui, c’est vrai : c’est un rabat-joie, un tue-l’espoir, le rêve ou le désir, ce mot-là. Autant que la morale, l’ordre ou la vertu.

Mortellement.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire