La belle vie

10 Fév La belle vie

Les gouttes de rosées célébraient l’univers, ce matin. Malgré le froid, le vent fou et le ciel égaré.

Les as-tu vues comme moi ? Il fallait se pencher un peu, garder le silence et, le temps d’un instant, retenir son souffle pour que ce silence soit entier. Hors de soi et en soi. Alors tu aurais vu comme moi l’eau pure du cristal qui, en chacune des petites sphères transparentes qui balançaient sur la feuille, reflêtait la paix et la beauté du monde. Il y avait assez de lumière pour tout dire, tout montrer, tout révéler. Il fallait juste prendre ce temps, se pencher et regarder.

Peu m’importent les nuages qui passaient au dessus de ma tête, poussés par le vent méchant de l’hiver furieux de connaître déjà sa défaite… Ma pensée épousait ma vie. Elle remontait en bulles d’air que j’avais trop comprimées, pour rencontrer le salut vers le plus haut, le plus désiré, le plus subtil.

Comme la beauté de ces perles d’eau exhalées par la terre en sommeil. Comme celle de tes seins vivants et respirants dans lesquels je m’enfouis pour me délecter et, enfin, renaître.

Sens-tu la chaleur de ma bouche et de mes lèvres qui veulent, dans mon baiser fougueux et impudique, se réjouir de ta beauté et célébrer la vie à mon tour ?

1commentaire
  • Bambou
    Posted at 09:42h, 11 février Répondre

    Très beau …
    J’aime beaucoup,

    Bambou

Laissez un commentaire