Je suis

02 Mai Je suis

Cette conscience du moment, tu sais… Ce picotement qui te parcoure l’échine et vient se planter dans ton cerveau, juste sous ton front, pour que tes yeux se tournent vers l’intérieur, et voient.

C’est à cet instant que je comprends que je suis moi, unique et existant, vivant et miraculeux.

Sans en savoir beaucoup plus. Sans même comprendre pourquoi. Mais c’est comme ça. Je suis. Cette perception d’un être, d’une sensibilité, d’une conscience, de mille sentiments instantanés qui miroitent dans mon coeur comme la mer au soleil, c’est moi.

Ce qui me sépare et m’isole de ce qui est autour de moi, c’est mon coeur qui bat au fond de ma poîtrine, mon sang qui coule dans mes veines, mon regard qui se heurte aux autres comme des murs. C’est cela l’altérité : ce qui me fait prendre conscience de moi, irrémédiablement différent. Mon corps, c’est le lieu de l’amour ou de la haine, du désir ou de la colère envers les autres.

Et tout peut s’arrêter à chaque seconde. Le mystère est tel, quand tu regardes l’univers, les millions d’années, les milliards de poussières, tous ces humains, et toi.

Oui… La vie est un miracle. Qu’il faudrait fêter à chaque grain. Tout est fait pour nous éloigner, nous sommes des merveilleuses machines de guerre et de destruction. Nous avons tellement peur de la mort que nous ne cessons de la semer autour de nous, pour l’éloigner de nous. Tous les moyens sont bons.

Je ne comprends pas.

Tout devait être célébration, amour et sexe joyeux.

 

Pas de commentaire

Laissez un commentaire