Il est hospitalisé (Loches)

29 Mai Il est hospitalisé (Loches)

Une mélodie vive et joyeuse, alors que nous nous somnolons un peu sur cette terrasse baignée de soleil. Nous venons de finir de déjeuner

C’est le téléphone qui sonne à la table d’à côté où deux femmes neutres, sans beauté, sans charme et sans âge viennent de s’installer. L’une a dû être blonde un jour, l’autre est plutôt brune avec un chignon en boule qui, sauf sa couleur, me fait penser à un pompon de marin bien accroché sur son bonnet.

– il est hospitalisé !

Je n’ai pas eu tort d’écouter. Ma curiosité est flattée, je tends l’oreille. J’aimerais savoir… Ça me rassurerait encore plus. Est-ce grave ou pas ? Car moi je suis bien en vie , je me sens très bien, il fait chaud et un beau week-end s’annonce. J’aimerais exercer ma pitié humaine, être sûr que je peux souffrir pour un autre que moi. Pour une fois…

Elle continue de sa voix benoîte et douce :

– j’ai reçu l’appel ce matin. Je te donne son numéro…

La serveuse vient d’apporter d’immenses assiettes où baignent des salades mulitcolores et trop bien garnies, les mêmes que celles que nous avons reçues tout à l’heure : si copieuses qu’on se croirait en Amérique, en Amérique sur Loire…

Ma voisine a vite raccroché. Je suis un peu déçu, mais l’appétit a été plus fort que sa compassion. Je ne saurai rien de plus de la maladie qui a eu le bon goût d’aller frapper ailleurs. Elles sont toutes les deux en train de manger maintenant, sans plus rien dire. En attendant, le soleil perce et me brûle un peu les mains qui claviotent sur le laptop.

Je me sens vraiment très bien, quel bonheur !

1commentaire
  • Une femme écrivain
    Posted at 09:29h, 02 juin Répondre

    Vos écrits poétiques sont vraiment beaux; à chaque texte, on entre dans un monde ancien qui porte ses vestiges et cela m’émeut, me coupe le souffle.

Laissez un commentaire