Fool’s Overture

09 Fév Fool’s Overture

Dinard, l’été. C’est là qu’il découvre les forces et les extases de son corps, la caresse du vent chaud sur sa peau, l’exultation des musiques anglaises, les voix et les emballements rythmiques et légers de Supertramp. Elles lui procurent des émotions merveilleuses, violentes et délicieuses. Est-ce que tout le monde peut vibrer à ce point ? Et comment pourrait-il partager de telles jouissances ?

Il connaît les joies de la vitesse et de la glisse sur la mer. Il passe des heures à jouer au tennis. Il aime l’adolescence et l’irrévérence de John McEnroe, dans la moiteur des nuits new yorkaises, quand il bouscule les titans : Ilie Nastase, Jimmy Connors, Bjorn Borg, sur le béton de Flushing Meadows…

Blouson bleu gonflé au vent, il s’envole à mobylette sur les rubans étroits du Chemin de Ronde, entre les rochers qui ne l’effleurent jamais. Encore, il creuse le plat de ses pieds nus sur les ridelettes de sable mouillé de la plage de l’Écluse, dorées par le soleil. Celles que la marée basse a découvertes, tandis que la mer, toute proche, reflète ses profondeurs émeraudes dans la lumière chaude. Le ciel est bleu et limpide, accroché au plus haut de la voûte céleste par de rares nuages blancs.

La jeunesse commence. Elle promet, éternelle, miraculeusement belle. Il n’en sait pas la fragilité, la fugacité. Les jeunes filles sont des sylphides, belles et intimidantes. Elles ont la clé de toutes les voluptés, mais elles lui semblent encore inaccessibles. Il croit qu’il a le temps, il ne sait pas que nul n’a le temps, et qu’il faudrait prendre tout ce qui s’offre. Mais qui le lui apprendra ? Honoré de Balzac, François Mauriac, Tolstoï, Albert Camus, Franz Kafka, Oscar Wilde par exemple ? Ils les interroge en permanence, tous en même temps, ne sont-ils pas ses maîtres ? Il est naïf, candide, craintif aussi. Et toujours tenté, pour se préserver encore, de se replier dans les beautés, celles de son imagination, de sa solitude. En espérant, déjà, le miracle.

dans l’avion, entre San Francisco et New York

Pas de commentaire

Laissez un commentaire