Cet homme dans la rue, tout à l’heure

16 Nov Cet homme dans la rue, tout à l’heure

Y a t’il autant de bon que de mauvais ? Ce mendiant, pas tout jeune, accroupi tout à l’heure dans le froid sur le trottoir ? Il ne masquait plus aux passants son regard fatigué, définitivement vaincu. Le dévouement universel, l’attitude admirable de nombreux humains qui courent sauver les victimes des catastrophes dès qu’elles surviennent aux quatre coins de la terre ? Les humaineries, nos guerres mondiales et quotidiennes aussi dont nous ne pouvons pas nous passer, cette lutte pour la survie permanente, les combats, les compétitions, les ambitions, les jalousies ?

Y a t’il une balance et de quel côté pencherait t’elle si elle existait ? J’ai parfois le sentiment que le mal l’emporte sur le bien. L’énergie de la vie, la chaleur des rayons du soleil, contre la froideur de la nuit. Equilibre si fragile en novembre…

La vie, la jeunesse, la beauté, l’amour sur le plateau de droite. La vieillesse, la solitude, la souffrance et la mort sur celui de gauche. En est-il un plus lourd que l’autre ?

Pas de commentaire

Laissez un commentaire