Brûlons Rosny-sous-Bois

15 Jan Brûlons Rosny-sous-Bois

Une dernière pour la route. Je déteste aussi les informations traffic, à la radio. Rosny-sous-Bois, Bison Futé, triangle de Roquencourt, A4, nationale 1. Avec tous leurs messages qui polluent nos radios le matin, elles me donnent la chair de poule.

En inhumanité, elles sont pas mal aussi. Vous savez, ces spots sponsorisés et accompagnés de jingles lourds, insipides, entêtants et insistants, qui reviennent toutes les demi heures. Une merveille de bêtise encore !

Pourquoi ? Avez-vous remarqué ? On y annonce les accidents comme s’ils étaient aussi banals et statistiques que les dépressions d’anticyclones. On sent bien qu’ils sont provoqués par des stupides gêneurs qui causent les bouchons, les déviations, les « perturbations », comme ils disent. Pas une fois, mais alors pas une fois je n’ai entendu la moindre compassion. Je sais, il y a les téléthons pour ça.

Des accidents de la route, il y en a tout le temps. et ils vous les dénoncent avec l’aplomb de Big Brother. Pas une seule fois, vous n’entendrez s’il y a eu des blessés, des enfants qui pleurent, abandonnés dans les fossés tandis que leurs parents sont emmenés sur civières ou, couchés sous une bâche, déjà froids sur le bitûme.

Éventuellement, on vous dira que l’accident implique plusieurs véhicules, pour regretter la casse de nos belles machines et donner l’ampleur des perturbations commises par ces maladroits d’humains. Mais de mots pour les victimes, rien. Ils ont eut ce qu’ils méritaient. Ce ne sont que des perturbateurs, justement, des empêcheurs de tourner en rond, de la circulation fluide et de la livraison de nos viandes saines sur nos lieux de travail dans les délais impartis.

Paris

1commentaire
  • Marie de Wezel
    Posted at 10:28h, 16 janvier Répondre

    Bien vu ! Je n’y avais pas pensé. Les compartiments de la vie moderne, impersonnelle et machinale…

Laissez un commentaire