Béagnitudes

23 Oct Béagnitudes

La satisfaction perle de tout son être, de sa voix qui traverse à pleine joie ses forêts nasales pour embrumer l’espace de ses échos goguenards. Oui, il fait bon vivre sur les bourrelets replets qui tremblent en cascades des rires de contentement que son humour emporte à plein, comme d’habitude…

Une nouvelle fois, n’est-il pas irrésistible ? S’il les voit à peine à travers l’humidité de ses cornées submergées d’émotion et de ferveur, ses interlocuteurs, complices et un peu contraints quand-même, ne sont ils pas tordus comme lui ? À vrai dire, ses esclaffements sont si forts qu’il a quelque peine à les entendre, mais il est bien certain que toute l’humanité part en vrille sous ses alleluia et ses hourra, avec auprès de lui les premiers témoins de sa grâce.

Non, il n’entend rien puisque maintenant un hoquet sérieux et sidéral lui martèle la gorge et la poitrine en lui faisant sauter le coeur d’extase. L’air lui manque mais qu’importe ? D’un doigt glissé dans le trait de son col, il écarte l’emprise ravageuse du tissu tandis qu’il invoque derrière les oreilles la venue des airs guérisseurs en se remémorant les mantras libérateurs.

Qu’on le reprenne ! De ses saillies légères qui chevauchent l’espace comme les génies mais qui maltraitent un peu l’humaine nature.

Et mes oreilles et mes yeux.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire