Avec les anges

01 Avr Avec les anges

Des images aériennes d’une netteté étonnante, un vol rapide et silencieux, qui fend le ciel bleu pur et les masses de nuages blancs et légers, qui découvre des monuments que l’on reconnaît vite – le Golden Gate Bridge, l’arche de Saint Louis, la skyline de Chicago – pour rebondir toujours plus loin. Enfin, Manhattan, l’image commence à ralentir au dessus des premières tours, bientôt l’Empire State Building à gauche, puis Rockefeller Center à droite. Nouveau plongeon dès les premières verdures de Central Park. Puis elle descend de plus en plus lentement, et s’arrête en face d’une statue. Celle d’un ange qui surplombe une fontaine. Il est triste et solitaire.

Les trompettes qui ont accompagné ce vol de leur chant – une mélodie inoubliable que je repasse si souvent en boucle et qui caresse et console mon âme mieux que tout au monde – elles s’interrompent alors, c’est à ce moment que le personnage s’anime imperceptiblement. Il tourne son visage de face, esquisse un sourire. L’image s’arrête alors, stupéfiante. Elle est suivie d’un écran noir.

C’est l’ange de la Fontaine de Bethesda, qui évoque un des plus beaux miracles de l’Évangile, quand Jésus guérit un paralytique dans une piscine.

C’est le générique d’une série télé américaine, « Angels in America » que j’avais regardé distraitement, quelques mois plus tôt. Un désir soudain, le souvenir d’une musique aérienne m’avaient invité. Pendant plus d’une heure, je ne pus m’interrompre de passer en boucle ces images hypnotiques. Je volais entre les villes et les beautés du Nouveau Monde, entre le soleil et la terre que des nuages cotonneux gardaient dans sa beauté éclatante.

C’était il y a huit ans, c’était hier.

Je m’endormis avec les anges. C’est le téléphone qui me réveilla à cinq heures du matin. Ma soeur appelait. Mon père venait de mourir.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire