Autre

04 Avr Autre

Ce serait mieux que tu comprennes… Pour toi, pour moi aussi. Pour moi surtout, peut-être…

Tu es une partie de moi. Meilleure que moi, puisque tu es autre et que je peux donc t’aimer. Pas d’amour sans altérité… je suis entièrement d’accord.

Que dois-tu comprendre ? En fait, je ne le sais plus très bien moi-même…

Si ! Il ne s’agit pas, il ne s’agit jamais de compréhension strictement intellectuelle. Je voudrais suivre le fil de mon coeur,  des mots et encore plus des caresses qu’il me souffle, mais je suis interrompu en permanence.

Où en étais-je ? Oui, tu vas penser que je me laisse aller au rythme de pensées décousues et de distractions faciles. C’est un peu vrai. Et c’est tellement bon…

Où en suis-je ?

Nulle part. Puisque tu n’es pas là, près de moi. Je voudrais te toucher, t’embrasser, te prendre dans mes bras, te serrer contre moi.

Tu es adorablement autre.

L’altérité est une découverte merveilleuse. Il faut être deux pour l’amour. Et nos corps sont les témoins, les marqueurs et les sujets de nos altérités. Bénis soient-ils !

Pas de commentaire

Laissez un commentaire