à son image et sa ressemblance

04 Nov à son image et sa ressemblance

Un vrai porc, ce fils de dieu… il paraît qu’il a été créé à son image et à sa ressemblance, lui aussi… Bonjour Dieu, je préfère alors ne pas vous connaître si c’est comme ça.

Tu comprends, dans le lounge business Air France, tout est gratuit, avec l’ennui en première et même en seconde couche. Alors, on ne va se priver. Il paraît même qu’il y en a que ça rend fou. Et le porc, pendant le temps, il ne se prive pas. Il ne se contente pas que d’être vieux, il est laid, le visage grélé de cratères, mais je n’en sais pas plus, je préfère ne pas le regarder. Et lui préfère se baffrer. Cela fait un peu plus d’une demi heure que je suis là, et mon semblable s’est déjà levé au moins quatre fois pour retourner remplir sa gamelle au buffet. Après, il mange à une vitesse… Quand il s’asseoit, ça fait floc floc. Ce sont les bouteilles de bière qu’il a chourées au passage, à l’oeil comme on dit, et qu’il cache à peine sur son fauteuil, derrière ses grosses fesses de mamiphère. Quand il n’y a pas de gêne…

Son manteau est étalé sur le fauteuil d’à-côté. Trop occupé à ingurgiter, il ne voit pas les voyageurs qui cherchent une place et restent debout dans l’allée… Il continue de bouffer autant qu’il peut, le pauvre. Et dès qu’il n’y en a plus, il repart faire le plein. C’est répugnant. À ce train là, ils ne pourront plus l’emmener dans l’avion, le gros porc.

Tiens, il vient de m’en mettre une cinquième.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire